Sebastian Vettel : «On ne savait pas trop à quoi s’attendre»

Sebastian Vettel (Ferrari) tirait une conclusion positive de ce week-end abordé dans le flou, dimanche après le Grand Prix d’Europe. De son côté, Lewis Hamilton (Mercedes) regrettait de ne pas avoir pu se battre.

GP D’EUROPESebastian Vettel : «On ne savait pas trop à quoi s’attendre»

Le | Mis à jour le | 11 Commentaires
Sebastian Vettel (Ferrari) tirait une conclusion positive de ce week-end abordé dans le flou, dimanche après le Grand Prix d’Europe. De son côté, Lewis Hamilton (Mercedes) regrettait de ne pas avoir pu se battre.

Formule 1 - GP d'Europe - Sergio Perez et Sebastian Vettel ont apprécié leur week-end à Bakou.

Sergio Perez et Sebastian Vettel ont apprécié leur week-end à Bakou.

Sebastian Vettel (Ferrari, 2e) : «C’était la première fois que l’on venait ici, on ne savait pas trop à quoi s’attendre, mais c’est une très belle piste, et j’ai pris beaucoup de plaisir. Il y a de vrais virages rapides, et serrés. Les sections étroites à haute vitesse sont très fun. Je dois donc avant tout remercier tout le monde pour le travail effectué et pour l’accueil qui nous a été réservé. Pour réussir une bonne performance ici, il faut être bien équipé. Il y a beaucoup de virages très difficiles. À certains endroits, il faut pouvoir attaquer sur les vibreurs, c’est compliqué. On était nombreux à avoir parié sur plusieurs sorties de lasafety car pendant la course. On a tous perdu beaucoup d’argent… Plus sérieusement, c’est un week-end très différent du week-end dernier, mais c’est un bon week-end. Nous avons eu quelques difficultés vendredi mais nous avons remonté la pente. On reste dans les points, et c’est le plus important.»

Sergio Perez (Force India, 3e) : «Quand j’ai mis la voiture dans le mur pendant les essais libres, j’étais frustré et déçu. Mais l’équipe a fait un travail incroyable pour réparer la monoplace, et je devais donc à mon tour faire le mien pour ramener des points. C’était dur avec la pénalité sur la grille, il a fallu trouver le chemin, se faire une place à travers le peloton. En fin de course, je savais que Kimi (Raikkonen) aurait une pénalité, mais je voulais quand même réussir à le doubler. Je n’aurais pas pris de risques inutiles, mais c’est bien de pouvoir le passer sur la piste.»
Kimi Raikkonen (Ferrari, 4e) : «L’équipe m’a demandé de laisser passer Sebastian Vettel. Dans ces circonstances, avec ma pénalité, ils ont peut-être eu raison de le faire, mais moi, j’aurais fait autrement. Parce qu’en réalité, ça m’a fait perdre beaucoup de temps. C’est comme ça… En outre, ma voiture s’est plutôt mal comportée ce week-end. Ce n’est pas un désastre, mais ça a été difficile. En course, c’était un peu mieux. Pour autant, on est encore loin des leaders, et il faut espérer que le prochain Grand Prix sera meilleur pour nous.»

«Il y avait seize réglages différents pour le moteur, et je ne savais pas quoi faire»

Lewis Hamilton (Mercedes, 5e) : «J’avais très peu de puissance pour la course. Il y avait seize réglages différents pour le moteur, et je ne savais pas quoi faire. La FIA a rendu la F1 très technique, et je peux étudier autant que je veux, je ne connaissais pas le problème de toute façon… C’est dommage, je n’ai pas pu me battre. Maintenant, c’est fait, ça ne change rien. Ça fait partie du jeu. J’ai continué. Il n’y a rien d’autre à faire dans ces moments-là. Il faut continuer, juste continuer. Sur le classement du Championnat, je ne sais pas trop quoi dire. C’est définitivement une bonne année pour Nico (Rosberg).»
Max Verstappen (Red Bull, 8e) : «C’était une course intéressante, il y a eu un peu d’action dans le peloton. Au final, ce n’est pas un très bon résultat pour nous. Il y a eu beaucoup de dégradation sur les pneus. J’ai dû rentrer tôt au stand, et même faire un deuxième stop. Je ne peux pas me plaindre de la huitième place, vu d’où je partais. Il faut s’en satisfaire. Je suis très surpris qu’il n’y ait pas eu de safety car, j’en attendais au moins une.»
Romain Grosjean (Haas, 13e) : «J’ai réussi un bon début de course, j’étais septième. C’était bien de pouvoir batailler avec Lewis Hamilton. Ensuite, entre les problèmes de pneus et de température, la tâche est devenue plus compliquée. On pensait pouvoir aller au bout avec un seul arrêt, mais on a du en faire un deuxième. Quand on perd 20 secondes au stand, c’est difficile de rattraper le retard. Je fais du mieux que je peux, en fonction de la voiture, mais on est encore en dehors des points et c’est décevant.»

Leave a Reply

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *